Dans ce blog, on vous en dit plus sur le programme de fellowship #TF4women et de comment nous envisageons le changement d’échelle du programme pour les années à venir. 

Le fellowship depuis 2018 : rendre aux femmes réfugiées leur indépendance 

Le programme de fellowship #TF4Women accélère l’inclusion professionnelle des femmes réfugiées dans l’industrie du numérique depuis 2018. En l’espace de presque trois ans, il a su accélérer l’insertion professionnelle dans des métiers du numérique de plus de 80% de ses participantes et a vu une augmentation croissante du nombre de candidates : de 15 candidates en 2018, à 70+ en 2020.

Ce programme vient répondre à une triste réalité : les personnes réfugiées constituent l’une des catégories d’immigrés les plus vulnérables sur le marché du travail. En 2018, la France accueillait 33 000 réfugiés statutaires (ayant reçu leur statut). Plus de 61% d’entre eux étaient sans emploi alors qu’ils sont 36% à avoir un diplôme de niveau Bac ou plus. Le taux de chômage atteint même 81% chez les femmes réfugiées (étude du Ministère du Travail, 2018).

Le fellowship m’a redonné confiance en moi. Ce qui pour moi a fait la différence, et m’a vraiment marquée, c’est que les fellows sont toutes des femmes avec des diplômes qualifiés. C’est un réel contraste avec les préjugés que les femmes réfugiées ne seraient pas qualifiées. Je suis particulièrement fière de nous !  – Wahi, Fellow 2020

Aussi, même lorsque les personnes réfugiées trouvent un emploi, elles sont nettement plus susceptibles de déclassement que les autres immigrés. Au total, près de 60 % des réfugiés diplômés de l’enseignement supérieur employés dans l’UE sont sur qualifiés pour les postes qu’ils occupent, taux plus de deux fois supérieur à celui des personnes nées dans le pays, et substantiellement supérieur à ceux des autres catégories d’immigrés (UE/OCDE, 2016).

Promotion 2018 avec les mentors, notamment Laure Némée (CTO Leetchi et Mangopay) qui deviendra la marraine du programme en 2020 😊 , et nos partenaires, tel que Lenovo à travers Elisabeth Moreno aujourd’hui Ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes ✊.

Les raisons de cette situation pour les femmes réfugiées sont diverses : méconnaissance du marché du travail français, niveau de français insuffisant, contraintes familiales, manque de réseau, difficulté à faire reconnaître ses diplômes, manque de confiance en soi, problème de santé… Les conséquences sont connues : sentiment de déclassement, précarité économique et sociale, impact psychologique.

De l’autre côté, l’industrie technologique française peine à recruter (développeurs, designers, data scientists,  product manager, community manager, cybersécurité…) et cherche de plus en plus à attirer des talents féminins et à construire des équipes diverses armées pour développer leurs activités sur des marchés internationaux dans lesquels les frontières tendent à s’effacer. C’est donc pour connecter ces talents avec les entreprises numériques des pays d’accueil que nous avons développé le programme de fellowship #TF4Women

 

Le Fellowship en 2020: s’adapter face à une année particulière 

Si les 2 années précédentes le programme avait lieu en physique, cette année en raison de la situation sanitaire, toutes les sessions hebdomadaires ont été organisées en ligne: un vrai défi lorsque l’objectif principal du programme est de suivre de manière personnalisée les participantes et de générer une cohésion de groupe !

Pour veiller à les accompagner de la façon la plus pertinente, nous avons dû être d’autant plus minutieux dans leur suivi personnel, notamment en organisant des évènements plus informels à visée sociale, comme par exemple une sortie pour faire de l’escalade à Fontainebleau ou une soirée Trivia en ligne. Quant aux Fellows, elles ont fait part de beaucoup de résilience, et aucune n’a décroché du fait de la pandémie ou de la distanciation physique.

Fellows, mentors et formateurs de la promotion 2020 lors de la journée de rencontre en juillet – l’une des rares en 2020.

Aussi, le programme s’est progressivement transformé au fil des années grâce aux retours des participants et le rapport d’impact annuel. Grandes nouveautés de 2020: les sessions de formations ont été davantage personnalisées, avec un formateur pour maximum deux fellows et un suivi bien plus régulier (à minima deux sessions de formation par mois).

Le fellowship s’est également attaché cette année à la mise en pratique des compétences acquises par les fellows, avec la mise en place des projets collectifs ou personnels. L’objectif était pour les fellows, seules ou en groupe, de mettre à l’oeuvre leurs compétences numériques au service d’un projet concret : développement marketing d’une marque de cosmétique, mise en place d’ateliers numériques à destination des femmes, lancement d’un livre numérique avec des conseils pratiques pour vivre à Paris ou encore lancement d’une application pour mettre en relation bénévoles et réfugiés dans le besoin. 

“Ce programme très riche m’a permis de choisir une formation en adéquation avec mes besoins, de définir mon projet professionnel et de bien me préparer pour les interviews. Aujourd’hui, j’ai signé un contrat de stage chez Bouygues Télécom !” – Aichetou, Fellow 2020

Une session de networking a eu lieu en ligne le 29 octobre, pendant laquelle les fellows ont justement présenté leur projet collectif devant des acteurs du numérique intéressés par leur profil et susceptibles de les recruter par la suite. Le networking a rassemblé des recruteurs autour des fellows et avait comme invités d’honneur Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition Numérique et des Communications Électroniques, ainsi que la marraine de la promotion Laure Némée, CTO de Leetchi et Mangopay.

Par la suite, certaines Fellows ont décroché un entretien, et obtenu un contrat de travail, tandis que d’autres sont encore en recherche d’emploi. Ainsi, Samia Zakhary recherche une opportunité dans la gestion de projet digitale ou les ressources humaines, Dana Ramadan recherche quant à elle dans l’analyse de données ou la banque, et Ola Brik en analyse de données ou en communication.

 

A quoi ressembleront les cinq prochaines années pour le fellowship ?

Notre objectif a toujours été de donner accès à ce programme à toutes les femmes réfugiées qui pourraient en tirer avantage et d’en améliorer son efficacité d’année en année. C’est dans le cadre de cet objectif, que nous allons ouvrir le programme à plus de femmes en élargissant les critères de sélections en France et en créant un pré-programme appelé “Pathway” pour l’année 2021.

Ce #TF4Women Pathway se déroulera sur trois mois; il sera dédié aux demandeuses d’asile et aux femmes réfugiées souhaitant découvrir le monde du numérique, le marché de l’emploi dans la tech en France et renforcer leurs compétences dans ce secteur. Grâce à des sessions hebdomadaires animées par des professionnels du monde de la tech, les participantes enrichiront leurs compétences professionnelles et renforcent leurs capacités à prendre des décisions relatives à leur carrière. Le Pathway est également le tremplin pour préparer la suite, à savoir une éventuelle entrée dans le programme professionnalisant #TF4Women Fellowship. Techfugees collabore avec des partenaires tels que Konexio, Each-one, Simplon etc pour assurer une offre complémentaire à un écosystème riche composé d’acteurs de plus en plus nombreux !

“TF4Women Fellowship est un programme fabuleux et de qualité qui aide à l’intégration professionnelle des femmes en possession ou en demande de statut de réfugié par l’acculturation à l’écosystème technologique et numérique français (…) C’est avant tout une aventure humaine où chaque acteur apprend de l’expérience de l’autre.”Inès, Mentor 2018-2019-2020

Aussi dans la même lignée, nous avons décidé de nous lancer avec un programme pilote en Italie et Grèce pour les trois prochaines années. La Grèce et l’Italie sont deux pays particulièrement touchés par des flux de personnes réfugiées, où les femmes trouvent le moins d’opportunités en termes d’emploi. Nous souhaitions y être présent depuis longtemps et c’est désormais un souhait qui devient réalité en 2021.

Les Fellows de la promotion 2019 en pleine (dé)concentration lors d’une session de formation du programme.

Toutes ces réflexions de changement “d’échelle” nous les avons depuis toujours. Tiraillé entre le désir de produire un impact en profondeur et faire bénéficier à toujours plus de personnes notre service, ce bond en avant n’aurait pas pu être possible sans le soutien de nos partenaires historiques, et de nouveaux partenaires comme le Fond pour les femmes de l’Oréal, CISCO EMEA et la FrenchTech – ainsi que les retours (nombreux !) des fellows et mentors. 

Autant vous dire que l’année 2021 va être chargée pour nous ! Nous avons recruté Chérine Ali, une ancienne Fellows de la promotion 2019, désormais Chargée de Développement Européen de #TF4Women. Nous avons ainsi commencé les recrutements pour les personnes qui seront nos représentants en Italie et en France et avons d’hors et déjà entamé des discussions et collaborations avec des ONG et entreprises locales.

L’équipe de 2021 presqu’au complet – postulez pour rejoindre l’aventure. Tout le monde est invité à postuler: nous croyons à la parité !

N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram et pour nous soutenir en 2021, c’est par ici !

Ecrit par Flore Bitouzet, Joséphine Goube & Laura Braune.