CHARLOTTE ABDELNOUR, Bénévole Techfugees France #TF4Women, Paris

 

👉🏼 Hello Charlotte, peux-tu te présenter ? 

 

Mon histoire d’amour avec Techfugees a commencé il y a plus ou moins 2 ans, mais ce n’est que depuis un an que j’ai “franchi” le pas.

J’ai toujours été sensible à la cause des réfugiés et à leur accueil, un peu partout dans le monde. Entre autres, ce qu’il se passe depuis presque 10 ans en Syrie et le nom que je porte me le rappellent tous les jours, mais jusqu’ici je ne savais pas trop quoi en faire. On se dit facilement que c’est loin de nous, et qu’avec nos deux bras on ne pourra pas y faire grand chose. Je vous le dis, c’est totalement faux !

Je suis tombée sur Techfugees un peu par hasard, en suivant les aventures de Mike Butcher, et donc de Joséphine Goube, et j’ai trouvé ça génial : utiliser la technologie (qu’on utilise tous les jours), pour apporter notre aide sur ce sujet qui, un jour, nous touchera plus ou moins toutes et tous. Ça faisait déjà quelques années que je sentais quelque chose monter en moi, ce besoin d’aider, d’utiliser tout ce que je sais faire au quotidien dans mon boulot pour apporter mon aide, à mon échelle. Mais je n’avais jamais tenté l’aventure d’avoir mon job d’un côté, et d’utiliser certaines soirées de ma semaine pour aider.
Au départ, j’étais animée par un besoin de donner de mon temps, de sortir de mon quotidien, derrière mon bureau et pour voir si je pouvais aider. Au début, c’est assez difficile à mettre en place, car il faut réussir à alterner entre son travail, et les coups de main qu’on veut donner en tant que bénévole, ainsi que les moments où l’équipe a vraiment besoin d’aide.

Et puis mes jeudis soir n’ont plus été pareils, j’avais hâte de les retrouver, de découvrir les avancées de chacune des fellows et de repartir avec cette pêche d’enfer après chaque rencontre avec ces femmes. Je pense qu’on s’est toutes apportées quelque chose de très fort dans cette aventure à double sens.

Ce qui me rend fière, c’est aussi l’impact du programme et l’implication d’OCTO Technology, l’entreprise dans laquelle je travaille.

J’avais décidé de faire cette aventure seule, de donner “mon” temps et de ne pas prendre sur mon temps de travail. Je voulais défendre une opinion qui ne me concernait que moi, et je trouvais important le fait que le temps que je choisissais de dédier soit personnel.

Les jours ont passé et certains collègues ont commencé à me poser des questions sur Techfugees, voulaient savoir s’ils pouvaient aider, comment … Finalement, j’ai finalement embarqué pas mal de monde et plus d’une dizaine de personnes (toute l’équipe RH donc ma DRH, des coachs agiles, des designers, etc.) se sont impliqués auprès de Techfugees, de façons differentes, et l’une des fellows du programme a reçu une offre de CDI au sein de nos équipes.

Dernier détail: Je suis super fière d’annoncer que OCTO et Techfugees vont officiellement travailler ensemble en 2020 ! 

 

👉🏼 Du coup, avec Techfugees, tu faisais quoi?

 

J’ai rejoins l’équipe de Techfugees en tant que bénévole pour le programme de Fellowship, et j’ai passée plusieurs moi fabuleux.

Ma mission consistait à aider ce programme à avoir lieu tous les jeudis :

  • Trouver de nouveaux espaces (bureaux, coworking, etc.) pour accueillir des sessions de mentorat ou de formation et faire en sorte le jour J qu’on ait tout ce qu’il faut
  • Faire le suivi de certaines femmes accompagnées : soit en discutant régulièrement avec elles de leurs avancées, de leurs blocages, de leurs joies et autres étapes de la vie, soit en étant leur référent sur un domaine d’expertise. En l’occurence, j’ai été la formatrice de deux fellows qui souhaitaient se former sur la partie gestion de projet Agile (UX, Scrum, Design Thinking, etc.)
  • Faire ce que je pouvais, avec ce que je savais et connaissais pour les aider à trouver un emploi dans la Tech, en France (networking, conseils, préparation d’entretiens, de CV, réponse à des emails, etc.)
Conférence @Futur.e.s  avec les #TF4Women fellows , Paris
👉🏼 Et à postériori, ça t’a apporté quoi ?

J’en repars avec un sentiment égoïste d’avoir été capable d’aider. J’en repars avec énormément de rencontres, de moments difficiles et d’autres merveilleux. J’en repars avec l’envie de recommencer et m’engager à nouveau pour la prochaine promotion. Et surtout, avec cette fierté partagée d’avoir aidé une dizaine de femmes provenant des 4 coins du monde, à trouver un emploi dans le secteur de la Tech, en France.

Autre anecdote, je n’aurais jamais pensé être capable d’accompagner, de suivre et aiguiller quelqu’un sur un métier qui n’est pas complètement le mien, mais on dirait bien que si !

👉🏼 Un message à faire passer pour des bénévoles qui hésitent ?

 

À toutes celles et ceux qui ont ce même besoin de vouloir sortir de leur quotidien en donnant 2-3h de leur temps par ci par là pour aider, faites-le. On en ressort grandit, fier, on a appris sur soi et sur les autres, on est sorti de sa zone de confort, on a rencontré 1000 personnes et on finit par avoir besoin de recommencer.

C’est un sentiment génial de savoir qu’on peut aider, peu importe qui on est, ce qu’on fait, d’où on vient. Et c’est encore plus génial de voir que quand on commence à aider, d’autres ont envie d’en faire de même et on se retrouve avec une équipe derrière soi.

 

Pour plus d’informations sur le programme de fellowship #TF4Women, le rapport d’impact est ici !

Tu souhaites t’impliquer pour le programme de Fellowship #TF4Women  2020 ?
👉 Postule pour devenir bénévole avec Techfugees en France